Luanda…

                                cahier_luanda1

C’est une drôle de ville cette capitale d’Angola, un peu déconcertante et qui fatigue très vite les expat’s qui y vivent. Ce pays, par certains aspects, me rappelle un peu le Nigéria ; ces régions qui regorgent de richesses minières où on trouve des gens très riches et puis des gens très pauvres et pas grand monde au milieu. Les gens très riches font venir des sociétés étrangères pour exploiter les ressources mais ils leur font bien comprendre que s’ils dérangent trop, ils peuvent aller se faire voir, on peut toujours trouver une société rivale qui n’attend que son tour. Européens, américains ou chinois, tout le monde veut son petit bout d’ici mais y’a pas de raison qu’on lui en fasse cadeau. Comme au Nigéria, ici , rien ne marche. Les routes, j’en ai assez parlé, mais l’électricité est toujours en panne et y’a plein de coupures de flotte. Du coup, il faut toujours avoir un groupe électrogène et une citerne de secours. L’eau livrée par camion dans les citernes coûte évidemment très cher et pour le gasoil des groupes, c’est une autre histoire . Les stations services sont toujours en rupture, normal, comme au Nigéria, et donc elle refuse de remplir les bidons pour les groupes, parce que sous prétexte de gasoil pour l’ électricité, des petits malins revendent tout de suite à l’autre bout de la queue le contenu de leur bidon à un prix très majoré et on en sort jamais puisque ça n’avance plus à cause des bidonneurs qui bloquent les pompes. Si on est riche ou expat, on a donc un très gros groupe et on se fait livrer le fuel à la maison comme en Europe. y’a donc que les pauvres qui n’auront pas d’électricité mais les pauvres, les riches les emmerdent puisqu’il ne rapportent rien, y’z’ont qu’ à crever les pauvres …d’ailleurs c’est un peu ce qu’ils font, choléra, sida, lèpre, y’a tout c’qu’y faut ici pour ne pas faire de vieux os. Alors il y’a plein d’organismes internationaux qui sont là pour essayer d’un peu arranger tout ça ; ça fait encore de nouveaux expat’s…les proprios, riches et souvent à l’étranger vont pouvoir encore faire exploser les loyers. Pour un appartement ou un bungalow, c’est quatre ou cinq mille dollars, pour une maison ça grimpe très vite à vingt ou trente mille dollars, on s’en fout, c’est les sociétés qui payent. Oui mais bon, tu fais quoi si t’es pas une société ?

Ben si t’es pas une société, on t’emmerde, t’es en cours de paupérisation et t’as qu’à choper la lèpre et faire la manche dans la rue !

                            cahier_luanda2