Bon, c’est complètement débile de se choper une crève ici…pourtant  on dirait bien que c’est ça… le nez qui coule, les éternuements en cascade, merde alors j’y crois pas ! Un nouveau  grigris pour m’empêcher de quitter Kinshasa !
Il faut que je fasse gaffe, l’année dernière , entre le Nigéria et le Cameroun, c’est une pseudo crève de base qui avait viré en malaria ; il est comme ça le palu, il profite d’une autre faiblesse pour attaquer, alors ce soir j’ai sorti l’artillerie lourde : quelques verres de vin, un  maousse de grog à la vodka, j’y ai pété le bar à ma colloc…du coup me v’là tout flasque à même pas neuf heures du soir. Bon, c’est le but du grog, non ? Une bonne dose et au plumard pour transpirer sous la couette. Y’a pas de couette ici, mais pour transpirer, il suffit de couper le ventilo. Aujourd’hui,  je comptais changer le pneu, aller voir les bonobos et refaire un dernier topo avec les dessinateurs pour le projet de revue que je crois encore pouvoir un jour mettre sur pied ici…rien que de voir comment c’est impossible de joindre les gens pour une petite discussion alors que je suis sur place , le doute me submerge un peu…mais bon, contrairement au centre culturel de Libreville qui m’a un peu planté quand même, ici on dirait que mon idée les branche…on verra bien…au rythme où ça va, je serai peut être encore là dans six mois ! Les Bonobos sont fermés le lundi, par contre le pneu est en place : il est ridicule ce pneu chinois, on dirait presqu’une roue de vélo, mais entre une roue de vélo avec des tétines neuves et un super Michelin blindé mais tout lisse, j’opte carrément pour les deux.

malademotolocale

Le machin chinois me sortira bien de la boue de la piste et quand je retrouverai le goudron au sud de l’Angola, si le petit boudin explose, je remettrai l’autre que j’emmène avec moi, on est jamais trop prudent ! Peut être que ça me fera un peu de poids en plus  mais comme je n’ai plus le petit Francis, ça devrait s’équilibrer.