Entre les deux capitales des deux Congo, il y a  le grand fleuve du même nom.
C’est pas rien comme rivière, pas le petit cours d’eau de campagne ; non, on est en face du deuxième calibre après l’Amazone . Respect les amis, avec ses rapides infranchissables, ses sources introuvables, le  fleuve Congo a charrié autant de mythes et légendes que de troncs d’arbres abandonnés par la forêt profonde et de cadavres par les multiples guerres.  Pour le franchir , il y a deux compagnies fluviales à la flotte déglinguée et puis aussi , évidemment, une douane de chaque côté.
Comme, à force de traîner un peu partout, je connais plein de gens, on m’avait envoyé quelqu’un pour m’aider à  franchir ce pas de géant. Dona, d’ailleurs, dans le genre géant, il n’est pas mal du tout non plus.

hotel_beach

Ancien garde du corps, il en impose presque autant que Dany, le garde du corps de toute la  BD. J’ai attendu un certain temps à l’entrée, près de l’hôtel Accor détruit par la guerre, que Dona vienne me récupérer. Le Beach, c’est un enchevêtrement assez confus, d’entrepôts, de charrettes à bras, de camions et de bureaux de contrôles encombrés dans lesquels et autour desquels grouillent un tas de gens super énervés. Dona  court d’un côté et de l’autre avec mes papiers pendant que moi je déplace sans cesse la moto au gré des humeurs d’un énervé dont je gêne une stratégie parfois terriblement indéfinie.
Je suis le seul véhicule à embarquer sur le bateau, ce qui ne veut pas dire du tout qu’il est vide, alors là pas du tout, ça grouille de monde là-dessus. Certains jours de la semaine, les éclopés ont des facilités de passage pour aller commercer d’une rive à l’autre . Du coup c’est une vraie cour des miracles sur le pont.

donadouanepasserelle_beach

Je suis entouré  de fauteuils roulants et de carrioles à pédales manuelles surchargés de  gros paquetages  empilés . Pour embarquer il faut rouler tout doucement et en même temps il faut foutre les gaz parce-que ce connard de bateau, il a accosté tout de traviole et pour grimper dessus, il n’y a qu’un petit passage à peu près à niveau juste à l’angle.

les_eclopes

Le débarquement sera tout aussi speedé, mais cette fois, au moins, on est bien dans l’axe du débarcadère. Dona me pose dans un coin et court d’un bureau à l’autre. On est sur son territoire, les choses sont plus simples. Il passe me voir entre deux tampons pour récupérer quelques dollars en petites coupures .
Dans ce genre de concentré flico-douanier, il n’y a pas vraiment la place pour négocier à coups de petits dessins comme dans ces bonnes petites frontières de brousse. Ici le but c’est que le grand portail en fer tout déglingué s’ouvre sur Kinshasa, ce qui, bien sur, finit toujours par arriver…

passage_beach