Me voici donc à nouveau sur le sol africain .
Je retrouve cette familière  moiteur tapissée de gasoil et de jus de poubelle, je retrouve aussi ma bonne vieille bécane désossée et à peine sorti d’une nuit de sommeil recroquevillé , j’entreprends aussitôt sa reconstruction entrecoupée de bouts de sieste parce que bon, on est pas aux pièces non plus ;  c’est quand même  pas sur ce continent que je vais me mettre à apprendre l’affolement !

retapage